Son Altesse Royale la Princesse Norodom Buppha Devi


Pourquoi cette page ?

Nous avons tenu à rendre hommage à “La Princesse” comme elle était/est appelée dans le milieu parce qu'elle a reconnu l'action de reconstruction de la mémoire musicale du Cambodge de Sounds of Angkor. Elle a honoré de sa présence notre première exposition à L'Institut français du Cambodge à Phnom Penh en 2012, puis nous l'avons rencontré plusieurs fois au cours de conférences et d'expositions. Sans elle, le Ballet royal du Cambodge ne serait plus que l'ombre de lui-même. Elle a consacré sa vie à sa reconstruction après la Révolution khmère rouge.


La Princesse en quelques lignes

La princesse Norodom Buppha Devi est la fille aînée de Norodom Sihanouk et de Neak Moneang Phat Kanthol, sœur du prince Norodom Ranariddh et une demi-sœur de l'actuel roi du Cambodge, S. M. Norodom Sihamoni.

Elle termine ses études secondaires au Lycée français Preah Norodom de Phnom Penh. À l'âge de six ans, sa grand-mère, la reine Sisowath Kossamak Nearirath, la choisit pour devenir danseuse. À 15 ans, elle devient première danseuse du Ballet royal du Cambodge. À  18 ans, elle reçoit le titre de prima ballerina. On la surnomme alors “Apsara blanche”, du nom d'un ballet qu'elle maîtrise parfaitement. Lors d'une tournée mondiale en 1964, elle est autorisée à se produire devant Charles de Gaulle à l'opéra Garnier à Paris, son père étant alors chef d'État du Cambodge. En effet, selon la tradition cambodgienne, un membre de la famille royale ne peut se produire que devant le roi. Elle fait ensuite le tour du monde en tant que danseuse principale du Ballet royal avec la reine Kossamak, en public. 

En 1965, elle tourne dans le film Apsara réalisé par son père Norodom Sihanouk, qui la rendra célèbre. Le film sortira en 1966.

Lors du coup d'État des Khmers rouges en 1970, la Princesse, accompagnée d'autres membres de la famille royale, fuient le pays pour Pékin. Puis elle s'installe à Paris où elle monte un cours de danse pour les enfants de la diaspora cambodgienne.

En 1991, vingt ans après la chute de la monarchie du Cambodge, la Princesse rentre au pays et retrouve les danseuses du ballet royal dont elle faisait partie depuis l'âge de 15 ans. Ces dernières furent massacrées par les Khmers rouges durant la guerre, ne laissant que 30 survivantes sur 400. Sur ces retrouvailles, la Princesse dira un jour : « Nous nous sommes revues, comptées et nous avons pleuré. »

En 1994, le ballet fait sa première représentation internationale au théâtre du Rond-Point sous l'égide de la Maison des cultures du monde, un événement parrainé par plusieurs princesses européennes. Son poste de ministre de la Culture et des Beaux-Arts du Cambodge, de 1999 à 2004, lui permet de reconstituer le ballet et de lui faire retrouver sa splendeur initiale malgré le manque de budget.

Elle est la fondatrice de la fondation Neak Moneang Phat Kanhol qui soutient le projet artistique dans son pays et encourage la captation vidéo des ballets. Elle a également œuvré pour que le Ballet royal du Cambodge soit reconnu par l'UNESCO à la liste du patrimoine oral et immatériel mondial, ce qui devient officiel en 2003 puis proclamé en 2008.

La Princesse Norodom Buppha Devi meurt le 18 novembre 2019 dans un hôpital de Bangkok.


Le film Apsara

Le film Apsara (អប្សារា) est une comédie mélodramatique tournée en 1965 par le roi Norodom Sihanouk, à la fois réalisateur, scénariste et dialoguiste.

Scénario : le général Ritthi a pour maîtresse la plantureuse Rattana. Lors d’une représentation du ballet royal, il découvre la jeune danseuse-étoile Kantha. Ébloui par sa beauté, il s’empresse de demander sa main à sa mère, d’origine modeste, qui accepte sans en informer sa fille. Or, Kantha est amoureuse de Phaly, un jeune lieutenant de l’Armée de l’Air. Le lendemain du mariage, alors que le mariage n'est pas encore consommé, Kantha s’ouvre au général Ritthi et lui avoue qu’elle se destinait depuis son plus jeune âge au bel aviateur.

Dans la vidéo ci-contre, le réalisateur et chef d'état Norodom Sihanouk donne une interview en français juste avant la première projection publique. Un must !

La danse dénommée “Apsara” et représentée dans le film, a été créée par la grand-mère de la Princesse, la reine Sisowath Kossamak. Nous publions ici, dans son intégralité, la danse originale du film, aujourd'hui interprétée par toutes les troupes de danse classique du Cambodge. Elle est devenue, pour le grand-public, synonyme de “danse classique”.

 



Prestations de la Princesse Buppha Devi

L'Oiseau de paradis de Marcel Camus. 1962

Danse cérémonielle.



Articles en français


Interviews


Documentaire