Flûte - khloy ខ្លុយ

Textes, photos, vidéos : © Patrick Kersalé 1998-2020, sauf mention spéciale.


khloy ខ្លុយ est une flûte à embouchure terminale aménagée avec un dispositif à “bloc”. Elle se décline en deux registres :

  1. khloy ek, aiguë, dont la longueur varie de 30 à 40 cm pou un diamètre de 2,5 cm.
  2. Khloy ou, grave, dont la longueur varie de 50 à 75 cm. Cet instrument est devenu très rare, voire inexistant. Il est décrit par Keo Narom dans son ouvrage “Cambodian Music”.

L'iconographie préangkorienne (Sambor Prei Kuk, VIIe s.) et angkorienne jusqu'au XIe siècle ne montre que des flûtes à embouchure latérale venues de l'Inde (dites flûtes traversières). Les deux seules occurrences de flûte à embouchure terminale ont été identifiées par Sounds of Angkor à Angkor Vat en juin 2020 et font l'objet d'une publication sur ce site. Trois autres flûtes jouant ensemble ont été identifiées parmi les bas-reliefs de la galerie historiée nord d'Angkor Vat et datant du milieu du XVIe s. Ces rares occurrences n'excluent nullement son existence probable à une époque antérieure, mais sans preuve. Rappelons que la flûte est le plus ancien instrument connu sur terre.


La flûte khloy est fabriquée en bambou (pok) ou en bois dur. Les trous de jeu sont au nombre de six ou sept en ligne, à intervalle régulier, plus un à l'arrière pour le pouce. Deux trous supplémentaires, qui ne sont pas destinés au jeu, sont généralement percés à l'extrémité inférieure de l'instrument pour obtenir la juste note lorsque tous les trous sont bouchés. Dans le cas du bambou, les trous sont percés avec un fer cylindrique rougi au feu. Signalons que les minorités ethniques du Ratanakiri et Mondulkiri réalisent des trous carrés directement avec leur couteau, ce qui était probablement le cas chez les Khmers à l'époque où ils ne disposaient pas de tige de fer. Article et vidéos ici.

La tendance actuelle, avec les musiciens professionnels de la nouvelle génération, voit la création de flûtes dont la partie supérieure, située au-dessus du premier trou de jeu, est séparée physiquement du bas. Les deux sections sont raccordées à l'aide d'une section de tuyau en plastique souple, permettant d'allonger à volonté l'instrument pour l'accorder sur les instruments de l'orchestre.

 

Usage

La flûte khloy est avant tout un instrument populaire, simple à fabriquer, et si léger qu'il peut être emporter partout avec soi. Elle sait combler l'ennui des longues heures passées auprès des troupeaux de vaches ou de buffles. Elle est aussi l'instrument avec lequel le flûtiste s'attire des ami.e.s. Les Khmers aiment jouer ou écouter la flûte solo. Les musiciens ont développé une très belle technique ornementale sur des mélodies simples.

La flûte khloy est utilisée dans divers ensembles orchestraux : mahori, phleng kar boran (avant la Révolution), bassac, aayaye et d'autres ensembles également. .

Les musiciens Khmers parviennent à jouer de cette flûte avec le souffle continu, une technique difficile à maîtriser et plutôt rare sur ce type d'instrument. En effet, s'il est assez facile de le faire sur un hautbois sralai par exemple, avec lequel on peut bloquer le souffle tandis que l'on respire, la flûte nécessite un débit moindre qui ne facilite pas la tâche. Le souffle continu engendrem un son continu qui correspond à l'esthétique d'une musique qui ne souffre pas les silences, à l'instar de l'écriture de la langue khmère dans laquelle les mots se succèdent sans espace.

khloy solo

Très belle interprétation solo de ce musicien non voyant sur une flûte en bambou avec raccord en plastique. Cet homme fait partie d'une équipe de victimes de mines antipersonnel. Il joue chaque jour à l'entrée est du temple de Bakong.


khloy dans l'orchestre mahori

L’orchestre mahori contemporain est d’influence thaïe mais très certainement créé par les Khmers angkoriens. C’est l’un des rares ensembles orchestraux exclusivement récréatif. Il se compose ici d’un xylophone roneat ek, de deux vièles bicordes tro sau et tro ou, d’une cithare tricorde krapeu, d’une cithare sur table khim, d’une flûte khloy, de cymbalettes chhing, d’un tambour skor daey.

Cet ensemble, filmé en 2016 à Banteay Srei, est composé de musiciens victimes de mines antipersonnel .