Vièle à résonateur(s)

Textes, photos, vidéos : © Patrick Kersalé 1998-2020, sauf mention spéciale.


La vièle à résonateur(s) se décline sous deux formes : avec corps cylindrique en bambou ou corps plat en bois. Celle de cette photo est celui joué par les Tampuon de la région de Banlung (Ratanakiri). Elle est nommée kaneu ou kaney. Les touches sont sculptées dans la structure du manche. Elle est muni d'une corde en acier (brin d'un câble de frein de vélo) et de deux résonateurs, l'un en calebasse, l'autre fait dans une section de bambou sur laquelle est tendu un film plastique. Du centre de cette membrane part un fil tendu, relié à la base de la corde de jeu. Ce dispositif ingénieux est acoustiquement très efficace, reléguant la calebasse au rang d'objet décoratif ! La corde est frottée avec un archet en bambou, sans crin, enduit de résine végétale.


Vièle à corps de bambou

Village de Leun Chuong le 26/12/2010.

Musicien : Prenhs Kham, 31 ans.

L'instrument est fait d'un corps de bambou emmanché dans un pied en bois. Il possède deux résonateurs : une calebasse et un tube métallique avec une extrémité recouverte d'une membrane de plastique.

 


Vièle à corps de bois

Musée du lac Yaklom, Banlung, mars 2012.

La vièle kaneu est intégrée à un ensemble de douze gongs. Le résonateur additionnel, réalisé avec une boîte de conserve en fer, démontre toute son efficacité face aux puissants gongs. Cet ensemble se produit désormais lors de manifestations folkloriques.