Clochettes et cloches à usage rituel

Textes, photos, videos : © Patrick Kersalé 1998-2020, sauf mention spéciale.


Il existe divers types de cloches à usage rituel : les clochettes à demi-vajra à battant interne des officiants du culte, les arbres à cloches à battant externe et, dans la galerie nord d’Angkor Vat (section XIIe s.), une grande cloche à battant externe sur portant.



Les clochettes à usage rituel à travers l'iconographie & les objets

Deux clochettes à foudre vajra tenues par des officiants hindouistes. Angkor Vat, Défilé Historique, galerie sud.

Parmi ces instruments de pouvoir, on trouve, à l’époque angkorienne, des clochettes surmontées d'un demi-vajra, le foudre, attribut du dieu Indra. À Angkor Vat, dans la scène du Défilé Historique, précédant la litière du Sacrificateur Royal, des officiants tiennent dans leur main droite une telle clochette à battant interne. Le foudre est constitué de cinq pointes disposées en quinconce, figurant les cinq sommets du mont Meru décrits par les textes sacrés hindous. De profil, seules trois des cinq pointes sont visibles. Elles symbolisent alors la trimurti hindoue : Brahma, Viṣṇu, Śiva. Deux autres représentations d’une paire de clochettes à demi-vajra est visible dans le pavillon d'angle sud-ouest de ce même temple, entre les mains d'ascètes.

Six ascètes dans la forêt. Au centre l’un d’entre eux tient un chapelet toujours en usage au Cambodge. Deux autres sont munis d’une clochette à foudre vajra. Angkor Vat, pavillon d'angle sud-ouest.


Nous disposons de deux autres représentations de clochettes à vocation rituelle, l’une au Bayon, très érodée, l’autre sur un bas-relief dans le style du Bayon déposé au Musée National du Cambodge. Dans les deux cas, la clochette est tenue de la main gauche. Aucun foudre n’est visible, soit parce que non représenté, soit du fait d’une mutilation.

Ascète dans la forêt portant une clochette à main. Fragment de fronton. Style du Bayon. Grès. Fin XIIe – déb. XIIIe. Musée National du Cambodge. Ref. 1692.

Par ailleurs, les fouilles archéologiques nous ont restitué de nombreuses clochettes en bronze à demi-vajra, lisses ou ornementées. D’autres possèdent trois pointes rappelant le trident de Śiva. Ces cloches sont toutes fabriquées en trois parties : le manche, la jupe et le battant.

Clochette à demi-vajra en bronze. Période angkorienne. Dépôt archéologique de Vat Bo, Siem Reap.

Clochette en bronze. Période angkorienne. Musée National du Cambodge.

Clochette en bronze. Période angkorienne. Musée National du Cambodge.


Porteurs de cloches

Deux images de porteurs de cloches ont été identifiées, l'une au Baphuon et l'autre dans le pavillon d'angle sud-ouest d'Angkor Vat. Nous pensons qu'il pourrait s'agir de commerçants ambulants appartenant au “cercle” des ascètes qui vivent dans les forêts. 

D'autres images, à Angkor Vat et au Preah Khan d'Angkor, montrent ces mêmes “ascètes-commerçants” porteurs d'arbres à cloches.

Le commerce de ces personnages se réduisait probablement aux objets rituels utilisés par les ascètes : chapelets, cloches, arbres à cloches… pour ce que nous en savons aujourd'hui.

 

Porteur de cloches. Baphuon

Le 27 mai 2020, nous avons découvert, dans les scories archéologiques du Baphuon, un haut-relief du XIe s. montrant un ascète portant deux cloches accrochées aux extrémités d'une palanche. Devant lui, deux personnages, un genou à terre, en position d'écoute (une main sur la poitrine). Cette scène est le fragment d'un haut-relief plus large mais dont la partie manquante a disparu. La forme de la cloche est similaire à celle portée par l'ascète du haut-relief ref. 1692 décrit ci-avant.

Porteur de cloches du Baphuon, version anaglyphe. Nécessite des lunettes rouge et bleu pour un rendu en relief.
Porteur de cloches du Baphuon, version anaglyphe. Nécessite des lunettes rouge et bleu pour un rendu en relief.

Porteur de cloche. Angkor Vat

Cette image se situe dans le pavillon d'angle sud-ouest d'Angkor Vat. Elle appartient à un vaste ensemble où sont mis en scène des ascètes vivant dans la forêt. Le personnage de droite, un “ascète-commerçant”, porte une palanche à laquelle sont accroché trois sacs et ce qui semble être une cloche à l'avant. Ce type de cloche est aujourd'hui encore attaché aux toits des temples bouddhiques, tintant sous l'action du vent. Derrière ce personnage, un autre ascète semble négocier un chapelet. Achat ou vente, laissons à chacun de se faire une opinion…

Les cloches à usage rituel à travers l'épigraphie

L’épigraphie du Cambodge mentionne le terme cloche en sanskrit, ghaṇṭā, dont la racine s’est conservée dans les langues de l’Inde et le khmer moderne. Une occurrence du Xe s.*, en vieux khmer, cite le terme katyāṅ et une autre, au XIIe s.**, kantiṅ. Au Xe s., l’inscription sanskrite de Prea Ngouk*** mentionne le don au temple d’une paire de clochettes en argent, un peu réputé pour ses qualités acoustiques ; peut-être la partie non sonore de la cloche (manche ?) était-elle fabriquée dans ce métal ?

* Cœdès G. 1937 – K.669, IC I, p.170-25. / ** BEFEO XLIII, K.194, p.144-18. / *** Barth M.A. 1885 - Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale et autres bibliothèques. Inscriptions sanscrites du Cambodge. Tome XXVII, 1er fascicule, P.140.

 

Cloche à battant externe

Une seule grande cloche à battant externe est représentée sur les bas-reliefs de la galerie nord d'Angkor Vat (section XIIe s.). Son poids semble considérable compte tenu de la position des deux porteurs. Elle est décorée. Le percussionniste tient un battant dans chaque main.

Grande cloche sur portant à battant externe. Angkor Vat, Galerie nord, Combat entre les Asura et les Deva. XIIe s.

Cloche en bronze contemporaine (kandeung កណ្តឹង). Cambodge.